Posted in Carnets de voyage Sri Lanka

De Colombo à Bentota, à la découverte du Sri Lanka en sac à dos

De Colombo à Bentota, à la découverte du Sri Lanka en sac à dos Posted on février 2016Laisser un commentaire
Apprentis "tour du mondistes", en voyage de l'autre côté de la planète pendant 6 mois. Au travers de ce blog, on espère pourvoir partager un peu de notre aventure et vous avoir un peu avec nous tout au long du voyage.

En février 2016, nous voilà partis pour notre premier « grand » voyage à deux. Un itinéraire de 15 jours au Sri Lanka, immergés dans un pays imprégné par la religion, et où le dépaysement est total. Un séjour exceptionnel au coeur des marchés locaux, des champs de thé, et les immenses plages du Sud.

Negombo, au coeur d’un marché Sri Lankais

Dès le premier jour, réveil à 6h pour une immersion totale : nous nous dirigeons vers le marché aux poissons de Negombo. Le tuk-tuk nous dépose et nous sommes immédiatement pris par la forte odeur qui règne sur le port. Il en faut bien plus pour nous dissuader de déambuler dans les allées à la rencontre des Sri Lankais, un peu surpris de nous voir si tôt, mais tellement souriants.

Après plus de deux heures, les marchands commencent à remballer les étales. On se dirige vers la gare routière pour rejoindre Sigirya et le majestueux rocher du Lion. On savait que le coût de la vie était bas au Sri Lanka, mais payer 40 centimes pour un trajet de 5 heures, on n’en attendait pas tant !

Sigirya, au sommet du rocher du Lion

Allez, debout !
Réveil à 4h30 du matin pour la longue et vertigineuse ascension du rocher du Lion. Ce site sacré, avec ses 1200 marches, nous a littéralement fascinés, tant par la beauté du lieu, que par l’énergie qui s’en dégage.

Le rocher de Sigiriya, aussi appelé le « rocher du lion » est l’un des vestiges historiques les plus impressionnants du Sri Lanka. Ce monolithe rouge ocre qui domine la jungle du haut de ses 370 mètres abrite une forteresse à l’histoire singulière. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, c’est un incontournable de toute visite au Sri Lanka !

Malgré le vertige qui a bien failli me tétaniser, quelle joie d’arriver au sommet (sains et saufs !). Il faut dire que les escaliers cloués à même la roche et ayant l’air de dater de l’âge de pierre ne m’ont pas aidée à me sentir en confiance.
J’essaye tout de même de ne pas penser à la descente pour profiter du paysage incroyable, vide de touriste à une heure aussi matinale.

Avec ces images en tête, on reprend un bus qui nous amène à Kandy, point de départ du train pour Ella et les champs de thé.

Un voyage en train jusqu’à Ella et balades dans les champs de thé

Prendre le train au Sri Lanka, c’est comme voyager dans le temps. Toute l’infrastructure, de la gare jusqu’aux wagons, en passant par la casquette du chef de gare, semble avoir cinquante ans, soixante ans, cent ans peut-être…

La ligne que nous empruntons à partir de Kandy fut créée à la fin du dix-neuvième siècle par les colons britanniques, dans le but d’acheminer leur production de thé depuis les montagnes jusqu’au port de Colombo. 

Le lent convoi serpente pendant plus de sept heures entre les montagnes embrumées et les superbes plantations de thé. Un voyage qui va nous conduire jusqu’à Ella, petite ville à un peu plus de 1000m d’altitude.

En redescendant sur la côte, entre Yala, Galle et Bentota

Après la fraicheur des champs de thé, nous redescendons vers le Sud et les plages.
On s’arrête d’abord pour la nuit près du parc de Yala, car le lendemain matin, départ à 4h pour un safari. Après coup, on s’est quand même dit que c’était une étape que nous aurions pu éviter. En effet, le safari était vraiment trop long (plus de 6h), et malheureusement, trop peu d’animaux à observer. La prochaine fois, sauf si on est en Tanzanie, pas de safari !

Les jours suivants se poursuivent plus près de la côte dans les petites stations balnéaires de Mirissa et Bentota. On y découvre aussi la ville de Galle marquée par la période coloniale. La douceur de vivre nous pousse à déguster notre premier poisson frais entier sur la plage !

Le trajet du retour jusqu’à Colombo se fait une nouvelle fois en train, même si, celui-là, a un peu moins de charme qu’à Ella : les champs de thé à perte de vue, c’est difficile à battre.
Le retour à la maison est prévu à 2h30 du matin, mais nous revenons avec plein de souvenirs, enchantés par ce séjour et par la gentillesse des sri lankais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *